24 avril 2018

Les Mohicans n’eurent aucun succès !

  Maquette de costume de Paul Lormier pour les Mohicans   Emilien de Vaudreuil à son fils Charles La Boissière, le 8 juin 1868   Mon cher fils, Comme tu as raison ! Giselle est bien le chef-d’œuvre du ballet et la merveille du répertoire chorégraphique de notre Opéra. Je te parlerai plus tard longuement de la création de ce ballet et de la charmante Carlotta qui fut son idéale interprète. Mais permets-moi d’égrener mes souvenirs de vieil abonné avec un peu de méthode et de progresser de façon ordonnée dans... [Lire la suite]

06 juin 2015

Un ballet en tous points digne de l'Opéra

  Le Corsaire, estampe   Charles de Vaudreuil à son père Emilien   Paris, le 25 octobre 1867  Mon cher Père, Mardi dernier, le 22 octobre, j’étais rue Le Peletier pour La Fiancée de Corinthe, nouvel opéra en un acte de MM. Du Locle et Duprato, et surtout pour la reprise du Corsaire avec Melle Grantzow. Il est assez piquant d’avoir réuni dans une même représentation ces deux œuvres qui, toutes les deux, tirent leur intrigue de la mer, avec un marin dans La Fiancée de Corinthe et un pirate dans Le Corsaire. ... [Lire la suite]
15 mai 2015

Un bouquet entouré par six mètres de dentelle

  Carolina Rosati dans le rôle de Médora, dans Le Corsaire, 1856   Emilien de Vaudreuil à son fils Charles   La Boissière, le 20 juin 1867 Mon bien cher fils,  Je t’ai laissé languir quelques jours avant de poursuivre les aventures du Corsaire et surtout de te narrer l’immense succès de ce ballet sur la scène de la rue Le Peletier. La faute en revient à M. Victor Hugo, car j’étais si entièrement immergé dans les pages de ses Travailleurs de la mer que je n’ai point trouvé le temps de t’écrire.... [Lire la suite]
07 mai 2015

Vendue deux fois !

    Emilien de Vaudreuil à son fils Charles   La Boissière, le 17 juin 1867 Mon bien cher fils, Ah Le Corsaire ! Quel souvenir ! Cependant, prépare-toi à lire une longue lettre, ou même peut-être deux, car il y a beaucoup à dire sur ce ballet mémorable. Le Corsaire de 1856 n’était pas exactement un ballet nouveau puisque le poème de Lord Byron, paru en 1814, avait inspiré assez rapidement les chorégraphes. C’est à la Scala de Milan qu’un nommé Galzerani produisit le premier Corsaire, en 1826. Puis... [Lire la suite]