21 décembre 2016

Dans un adieu éperdu, elle jette son bouquet bleu

Hippolyte d'Orschwiller : costume de Fleur des Champs, pour Marie Taglioni   Emilien de Vaudreuil à son fils Charles La Boissière, le 19 avril 1868   Mon cher fils, Quelle charmante promenade tu as faite au Jardin d’Acclimatation ! Je t’y revois encore petit garçon jouant en effet du « tourniquet qui fait clac » et impossible à entraîner hors de l’aquarium qui te fascinait. Quant à moi, j’avais arrêté ma dernière lettre à l’instant du triomphe de Fanny Elssler dans la Cachucha du Diable Boiteux. A... [Lire la suite]
Posté par ileana75 à 19:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 janvier 2016

Frémissante, une rose sur l'oreille...

   Fanny Elssler dans le rôle de Florinde du Diable boîteux   Emilien de Vaudreuil à son fils Charles La Boissière, le 3 avril 1868   Mon cher fils, Je te disais dans ma dernière lettre qu’après La Tempête, le meilleur de Fanny Elssler était encore à venir. En 1834, elle avait conquis une bonne moitié du public parisien, mais elle était loin d’avoir dit son dernier mot. L’année suivante, elle interpréta le premier rôle dans L’Ile des pirates, une nouvelle pièce commandée par Véron au maître de ballet... [Lire la suite]
10 janvier 2016

La Sylphide ou la mort !

    Marie Taglioni dans Le Dieu et la Bayadère, costume d’Hippolyte Lecomte   Emilien de Vaudreuil à son fils Charles La Boissière, le 27 mars 1868 Mon cher fils, Je conçois bien qu’un divertissement d’opéra, aussi agréable soit-il, ne remplace pas un véritable ballet et je regrette pour toi que les temps présents ne soient pas aussi prolifiques en créations chorégraphiques que les glorieuses années 1830 à 1840. Au moins as-tu le plaisir d’admirer la jolie Fiocre en ses gracieux travestis ! Je me souviens... [Lire la suite]
04 octobre 2015

Melle Fanny, dans le rôle de la fée Alcine

  Costume de Charles Bianchini pour La Tempête   La Boissière, le 5 février 1868   Mon bien cher fils, Ce fut donc en septembre 1834 que Fanny Elssler fit enfin ses débuts à Paris dans le nouveau spectacle tant attendu : la Tempête ou l'île des génies, sur un livret de M. Nourrit d'après Shakespeare, avec une musique de M. Schneitzhoeffer et dans une chorégraphie de Jean Coralli. Chauffé depuis des jours et des semaines par une presse dithyrambique et par quelques ajournements habilement orchestrés, le... [Lire la suite]
07 septembre 2015

Dans sa chasse à l’oiseau rare

      La Boissière, le 27 janvier 1868    Mon bien cher fils,  Ainsi que tu me l’as demandé, j’entreprends aujourd’hui de te raconter les années glorieuses qui suivirent à l’Opéra le triomphe de La Sylphide. Pour commencer, il y eut d’innombrables représentations de ce ballet qui faisait fureur. Le succès de Marie Taglioni devenait sans cesse plus éclatant, son astre brillait au plus haut. On ne jurait que par elle, on l’adulait, elle mettait toutes les têtes à l’envers. Les élégantes... [Lire la suite]
05 juillet 2015

A vos pieds, à vos ailes !

  Marie Taglioni dans La Sylphide, par Alfred Chalon   Emilien de Vaudreuil à son fils Charles   La Boissière, le 5 décembre 1867 Mon bien cher fils, Je reviens sur ce merveilleux ballet de La Sylphide, qui fut à l’origine de ma dévotion immédiate pour une forme d’art capable de produire un spectacle aussi délicat, aussi pur et d’une intense poésie. Le ténor bien connu, Adolphe Nourrit, avait imaginé le livret de La Sylphide en s’inspirant de façon très lointaine d’un conte de Charles Nodier, Trilby ou le lutin... [Lire la suite]
27 juin 2015

Cette légèreté, cette noblesse, ce souffle vaporeux

La Sylphide, Marie Taglioni    Emilien de Vaudreuil à son fils Charles    La Boissière, le 21 novembre 1867  Ah mon cher fils,   Si tu me demandes de te parler de mon premier spectacle à l’Opéra, je crains de ne pas en venir à bout en une seule lettre ! C’est que, vois-tu, cette première fois eut lieu à l’occasion d’une représentation historique, celle de la Sylphide, le 12 mars 1832. Après toutes ces années, je garde précisément cette date en mémoire, car elle marque pour moi une... [Lire la suite]