22 décembre 2016

Melle Grantzow, comblée de roubles

  Quelques croquis sur Le Corsaire à l'Opéra (1867) : [estampe] / Félix Y. [sig.]   Charles de Vaudreuil à son père Emilien Paris, le 26 avril 1868   Mon bien cher Père, J’ai pris, comme toujours, le plus vif plaisir à découvrir sous votre plume le ballet de La Fille du Danube, qui n’est plus guère dansé aujourd’hui. D’ailleurs, que danse-t-on aujourd’hui à l’Opéra ? Hormis le divertissement d’Hamlet, il y avait deux grands mois que nous n’avions pas eu un ballet dans toute sa longueur, depuis la dernière... [Lire la suite]
Posté par ileana75 à 08:37 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 décembre 2015

Quelle charmante bergère que Melle Fioretti !

Angelina Fioretti   Charles de Vaudreuil à son père Emilien   Paris le 14 mars 1868   Mon bien cher Père, Me voilà grâce à vous bien au fait des us et coutumes du docteur Véron pendant ses années à la tête de l’Opéra. Quel personnage ! Aujourd’hui encore on parle de ses fantaisies, qui semblent avoir continué bien après qu’il eut quitté le théâtre impérial de musique et de danse. Peut-être lisez-vous en ce moment dans Le Figaro une série d’articles intitulés « La salle à manger du Docteur... [Lire la suite]
11 novembre 2015

Sérénade en l’honneur du maestro Rossini

      Charles de Vaudreuil à son père Emilien   Paris le 19 février 1868  Mon bien cher Père,  Mille mercis pour vos deux dernières lettres, si riches en péripéties et détails dignes d’un archiviste de l’Opéra. Je suis toujours émerveillé de constater combien vos souvenirs de ballet sont vifs et précis.  Je me suis particulièrement amusé d’apprendre que Melle Taglioni, toute Sylphide fût-elle, n’en avait pas moins des ambitions fort terrestres et des caprices parfois. Sans doute eût-elle... [Lire la suite]
01 août 2015

En ce moment rien de bien enthousiasmant

  Hôtel de Ville de Paris - dessin de Charles Rivière 1867   Charles de Vaudreuil à son père Emilien    Paris le 14 décembre 1867   Mon bien cher Père,  J’ai lu avec le plus vif intérêt vos deux longues lettres, qui m’ont fait imaginer ce qu’avait dû être l’apparition saisissante et féérique de Melle Taglioni dans La Sylphide. L’art des pointes et le costume vaporeux de la ballerine sont aujourd’hui si bien dans l’habitude qu’on a peine à imaginer qu’ils sont en somme une invention récente,... [Lire la suite]
06 juin 2015

Un ballet en tous points digne de l'Opéra

  Le Corsaire, estampe   Charles de Vaudreuil à son père Emilien   Paris, le 25 octobre 1867  Mon cher Père, Mardi dernier, le 22 octobre, j’étais rue Le Peletier pour La Fiancée de Corinthe, nouvel opéra en un acte de MM. Du Locle et Duprato, et surtout pour la reprise du Corsaire avec Melle Grantzow. Il est assez piquant d’avoir réuni dans une même représentation ces deux œuvres qui, toutes les deux, tirent leur intrigue de la mer, avec un marin dans La Fiancée de Corinthe et un pirate dans Le Corsaire. ... [Lire la suite]